Contre la réduction des moyens dédiés à la réussite scolaire dans notre département

Au sein du groupe d’opposition, Thierry Soler, notre élu écologiste au Conseil Départemental, se bat pour que notre département ne réduise pas la dotation aux collèges. Le groupe des élus socialistes, écologistes et républicains a publié jeudi dernier le communiqué suivant :

 

Le Département doit maintenir ses efforts en faveur des collégiens du Loiret.


Les établissements scolaires réunissent ces jours-ci leurs conseils d’administration pour adopter leur budget 2016. À cette occasion, les collèges du Loiret constatent une baisse sensible des moyens financiers qui leur sont attribués par le Conseil départemental. Réduire la dotation au fonctionnement des collèges, alors que le Département a mené et poursuit encore un plan d’investissement remarquable pour ces établissements scolaires, nous semble incohérent.

Une partie de la baisse des dotations 2016 s’explique par la prise en charge de dépenses qui autrefois incombaient aux établissements (gaz, électricité, téléphone) et par la mise en place de mutualisations. Mais ce sont près de 20 euros par élève qui sont supprimés sans contrepartie par rapport à l’an passé. Les collégiens se trouvent ainsi les plus touchés par les mesures d’économies qui s’imposent à la collectivité.

C’est pour cette raison que nous n’avions pas voté la réduction du financement de la réussite scolaire.

Ces jours-ci, en tant que représentants du Département au sein des collèges de nos cantons d’élection, nous constatons que cette décision affecte brutalement tous les établissements. Ceux qui le peuvent puisent dans leurs réserves, au moins cette année, mais d’autres collèges réduisent leurs actions éducatives en faveur des enfants.

Nous appelons l’assemblée départementale, lors de l’examen de son budget 2016, à revenir sur cette répartition des moyens financiers des collèges. Il faut notamment corriger le calcul fallacieux d’où découle la plus grande partie de la baisse de dotation puisque celle-ci est attribuée à une prise en charge des photocopieurs qui était déjà acquise les années précédentes.

De manière générale, nous souhaitons une collaboration plus étroite avec les collèges pour l’élaboration et la mise en œuvre des actions en faveur de la jeunesse. Nous nous sommes également opposés à la révision très négative des modalités de soutien départemental aux classes de découvertes. Parce que nous savons que le collège est une étape essentielle dans la formation du citoyen de demain, il nous faut soutenir les projets éducatifs et culturels proposés par les équipes pédagogiques. Nous ne pouvons pas faire l’économie de cette éducation là. Enfin, pour des raisons d’équité, nous rappelons notre demande de prise en compte des ressources des familles dans les tarifs de la restauration et des transports scolaires.

Remonter